Le romantisme : mouvement culturel et littéraire

Le romantisme : un mouvement culturel et littéraire touchant tous les arts entre le XVIIIe et XIXe siècle

4.7/5 - (3 votes)

Le romantisme constitue un mouvement littéraire européen qui est apparu en Allemagne et en Angleterre à la fin du 18ème siècle. Il ne touche la France, qui est devenu son plus grand foyer, qu’au début du 19ème siècle. Cette sensibilité s’est également répandue à travers de nombreux pays mais à des degrés différents. Elle est apparue en Italie, Espagne, Russie ainsi qu’au sein des pays scandinaves. Le romantisme touche tous les types d’arts. Mais comment le romantisme est-il né ? Comment s’est-il répandu ?

Origine du romantisme

La genèse du romantisme

Le mouvement littéraire du romantisme a vu le jour en étranger. Le romantisme est un mouvement européen qui a émergé sous l’influence de l’Allemagne grâce au Werther de Goethe ainsi que celle de l’Angleterre avec Walter Scott. Le romantisme indique une aspiration au romanesque, à l’aventure et à la description des paysages qui mettent en avant l’importance de la nature.

Au niveau du domaine pictural, le mouvement est apparu grâce au groupe des Nazaréens ou cercle des Romantiques disparus composé de six jeunes peintres allemands mélancoliques.  Franz Pforr et Johann Friedrich Overbeck figuraient parmi ces jeunes. Leur inspiration provient de l’imaginaire médiéval et renaissant.

Cette confrérie oubliée vécut d’amour et de piété au sein d’un monastère à Rome. Les jeunes peintres rêvaient de rénover l’art sacré. Caspar David Friedrich représentait également un grand peintre du romantisme allemand grâce à ses paysages qui mettent en avant des scènes irréelles.

En Angleterre, le mouvement littéraire du romantisme se révèle à travers la littérature. Thomas Chatterton et le poète William Cowper en étaient de bons exemples. Mais la nouvelle sensibilité toucha également l’école paysagère notamment grâce à l’œuvre de John Constable qui peint des paysages sensibles et animés aux ciels dramatiques.

En France, le romantisme est révélé grâce à François-René de Chateaubriand, Madame de Staël puis Victor Hugo. Par contre, dans le cadre du préromantisme, les deux écrivains philosophes, Diderot et Rousseau, déploient l’exaltation du moi et le retour à la nature, au XVIIIème siècle. Les deux écrivains étaient encore inscrits dans le courant des Lumières. Mais en France, le romantisme ne s’est vraiment révélé qu’avec Chateaubriand.

Découvrez les plus beaux romans d’amour de tous les temps.

Dans le domaine pictural, Eugène Delacroix reste le modèle incomparable du romantisme français. Il allie dans ses peintures la couleur, les passions et l’exaltation politique. Il domine la scène dès 1824. Puis, d’autres peintres se sont apprivoisé le goût du romantisme. Il y a par exemple Théodore Géricault ou encore Paul Delaroche qui adoptent tous deux des approches différentes. Théodore Géricault traite des sujets polémiques ou de nature militaire. Tandis que Paul Delaroche puise plutôt ses œuvres dans les coulisses de l’histoire de France.

Le romantisme touche également la sculpture en France, notamment comme celle du burin d’Antoine-Louis Barye qui est un grand animalier. Le domaine musical est aussi touché. Selon Charles Baudelaire, le romantisme exprime un ressenti intérieur et affirme la primauté du sentiment vis-à-vis de la raison.

Le mal du siècle subit par les jeunes écrivains du  romantisme

Musset

En France, durant la naissance du romantisme, le pays passe par une instabilité politique importante. Le quotidien des français fait face aux turbulences de sept régimes politiques dont la  monarchie, les empires, les républiques, les révolutions, les coups d’état et bien d’autres encore.

Face à ces instabilités, les jeunes écrivains ne se sentaient pas à leur place. De ce fait, ils se tournent vers un lyrisme pessimiste pour se réfugier. En se voyant comme des écrivains « venus trop tard dans un monde trop vieux », ces écrivains souffraient du « mal de siècle ». Ils essaient de se réfugier dans la mélancolie et l’imagination.

Beaucoup parmi eux tentent en vain de mettre fin à leur jour sans pour autant y être parvenus. Tel est le cas de Musset, Maupassant, Chateaubriand, Sand. Certains écrivains n’ont pas réussi à contrer la folie. Par exemple, Gérard de Nerval promena un homard en laisse le long des marches du Palais-Royal puis mettra fin à ses jours.  D’après Goethe : « Le classicisme, c’est la santé ; le romantisme, c’est la maladie ».

Le domaine de prédilection du romantisme

 

Le sujet romantique se basait particulièrement sur la nature. Cette dernière représente une source inépuisable d’inspiration, un livre ouvert sur l’âme à travers lequel on trouve refuge. De par ses nombreux bienfaits, le mouvement du romantisme est loué. Il fait sensation et provoque des passions qui ravagent.

Comme l’art  doit être libéré, le romantisme d’après Victor Hugo s’oppose au classicisme instauré par Boileau. La poésie romantique concerne tous les domaines tant que le domaine est digne de devenir un objet poétique. Hernani est une pièce de théâtre créée par Victor Hugo qui se consacre au genre du drame romantique. Cette petite révolution ne convenait pas à tout le monde. Si bien qu’une bataille a été menée à l’encontre d’Hernani. Le 25 février 1830, la première bagarre s’est passée dans la salle de théâtre.

La bataille d’ Hernani

La bataille d'Hernani

 

La bataille d’ Hernani fut le terrain d’affrontement entre les « classiques », partisans d’une hiérarchisation stricte des genres théâtraux, et la nouvelle sensibilité qui est le romantisme. Au cours de la première d’Hernani, la tension se ressent devant le théâtre.

Les forces de l’ordre empêchaient les romantiques de représenter leurs scènes. Tandis que de leur côté, les romantiques résistent en faisant pression. Les employés du théâtre jetèrent des ordures sur les romantiques. Balzac semble avoir reçu un trognon de chou en pleine face. Mais les romantiques ont finalement réussi à entrer dans le théâtre. Ils ont dû patienter près de 4 heures dans le noir. Tout comme cette première, la deuxième et la troisième représentation furent également gagnées.

En revanche, le rapport de force s’inverse petit à petit. Les confrontations étaient de plus en plus hostiles. Les deux antagonistes venaient même aux mains. Un jeune homme défenseur de la pièce perd la vie lors d’un duel. Plusieurs écrivains : Dumas, Gautier, Rostand et bien d’autres, ont pris part à la restauration du mythe. Hernani connaît alors un succès retentissant. Victor Hugo devient le chef de file des romantiques.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.