Stendhal, un auteur du mouvement romantique

De son vrai nom Henri Beyle, Stendhal est un écrivain français qui a vu le jour le 23 janvier 1783 à Grenoble. Il est mort à Paris le 23 mars 1842, à cause d’une apoplexie.

Biographie

Il est né au 12, rue des Vieux Jésuites, le 23 janvier 1783. Il est le fils de Chérubin Beyle et d’Henriette Gagnon. Il aimait sa mère d’un amour inconditionnel et disait même en être amoureux. Quand celle-ci meurt en couches, le 23 novembre 1790, il était tellement fou de chagrin qu’il n’a pu verser une seule larme. Lui reprochant son insensibilité, sa tante lui dira que tel était la volonté divine. Cette phrase a fait de lui un athée.

Stendhal

Stendhal

En ce qui concerne son père, il n’a jamais été très proche de Henri surtout qu’il était obsédé par ses affaires financières.

A la mort de sa mère, son père engage pour lui, l’abbé Raillane qui était son précepteur. Ni avec son père, ni avec son précepteur et encore moins avec sa tante, l’enfant ne connut le bonheur tant ils l’empêchaient de côtoyer les autres enfants. Henri a donc vécu une enfance triste et seul. Seul son grand-père maternel,  Henri Gagnon, lui témoignait de l’affection. C’est d’ailleurs ce dernier qui l’initia à la littérature en lui faisant découvrir Voltaire, Horace, Molière, Ovide, …Chez lui, Henri découvrait ce qu’était le bonheur, la générosité, la tendresse, le plaisir, la gaieté, la culture, …

Après l’incarcération de son père, la fuite de l’abbé Raillane et le décès de sa tante, Henri se sentit enfin libre.

Il intègre l’Ecole Centrale de Grenoble en 1796 et y rencontre pour la première fois des amis de son âge. En 1799, il obtient un prix en mathématique et put intégrer l’Ecole Polytechnique à Paris.

Quelques liens : 

Sa vie d’adulte

Il arrive à Paris le 9 novembre 1799 et habite à proximité de l’Ecole Polytechnique, rue de l’Université. Il n’intégrera pourtant jamais cette école et finit, sous la pression de son cousin Noël Daru, par travailler au Ministère de la Guerre.

En parallèle, il ne cesse d’écrire, mais l’essor littéraire ne vint qu’en 1822 grâce à l’ouvrage intitulé De l’amour dans lequel il défend le Romantisme. Ce livre est suivi en 1823, par un autre succès intitulé Vie de Rossini. Pour vivre, il se lance dans le journalisme, activité qu’il maintient jusqu’en 1827.

Durant la Révolution de Juillet, il écrit beaucoup et publie son premier roman, Armance en 1827. Le succès escompté n’a pas été au rendez-vous, mais avec son second roman, Le Rouge et le Noir, il a commencé à se faire un nom.

Sa vie privée

Stendhal a toujours rêvé de devenir un grand séducteur, mais était trop timide pour aborder les femmes qui lui plaisaient. Il a noyé sa frustration auprès des prostituées à cause desquelles il a contracté la syphilis.

Il a néanmoins vécu de nombreuses histoires d’amour dont la plupart se sont mal terminées pour lui.

Il meurt le 23 mars 1842 à la suite d’une nouvelle attaque d’apoplexie. Il est enterré au cimetière de Montmartre, à Paris.

En ce qui concerne son pseudonyme, il en a utilisé d’autres à part Stendhal. On peut notamment citer Louis Alexandre Bombet ou encore Anastase de Serpière. Il n’a publié qu’une seule fois sous son vrai nom. Quand à Stendhal, il a tiré ce pseudonyme d’une ville allemande baptisée Stendal. Il y a ajouté un « h » pour mieux germaniser la prononciation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *