Jean-Jacques Rousseau, un précurseur du romantisme

Jean-Jacques Rousseau est un écrivain, musicien et philosophe francophone qui a vu le jour à Genève le 28 juin 1712. Il est mort à Ermenonville le 2 juillet 1778.

Famille

La famille Rousseau est originaire d’Etampes, mais le grand-père de l’écrivain a dû fuir le pays à cause de la persécution religieuse contre les protestants. Il s’installe alors à Genève et y commence une toute nouvelle vie. C’est là que tous ses descendants virent le jour dont Isaac Rousseau, père du futur écrivain. De génération en génération, ils ont exercé le métier d’horloger qui était, en ce temps-là, un métier respecté et lucratif.

Jean-Jacques Rousseau est né au domicile de ses parents. Sa mère, Suzanne Bernard, était également fille d’horloger. Le couple eut d’abord un premier enfant prénommé François puis le père est parti à Constantinople pour exercer son métier. Il y reste pendant six ans avant de revenir auprès de sa famille. Un deuxième enfant vint, Jean-Jacques Rousseau. Neuf jours seulement après sa naissance, sa mère meurt de la fièvre puerpérale.

C’est son père qui transmet à Jean-Jacques sa passion pour les livres. Suite à une altercation à Genève, Isaac dut se réfugier à Nyon confiant ainsi ses fils à Gabriel Bernard et à leur tante Théodora. Son frère François a fini par quitter ce nouveau foyer très tôt puis aucune trace de lui n’a plus été retrouvée par la suite. Quant à Jean-Jacques, il fut placé en pension, auprès du pasteur Lambercier. Il y vécut pendant deux ans.

Jean-Jacques Rousseau

Jean-Jacques Rousseau

A sa sortie de pension, son oncle le place chez un maître graveur qui le battait régulièrement. Il finit par fuir ce foyer le 14 mars 1728 et a commencé à errer dans les rues pendant quelques jours.

Il se réfugie alors auprès du curé de Confignon qui le confie par la suite à Françoise-Louise de Warens qui réussit à le convertir au catholicisme et devint plus tard, sa tutrice et sa maîtresse.

Quelques liens : 

Le succès

Après avoir occupé divers postes, le succès vint enfin à partir de 1749 grâce à son Discours sur les sciences et les arts. L’Académie de Dijon lui a attribué le premier prix pour ce discours lequel fut publié en 1751. Très vite, l’ouvrage fut connu à l’échelle internationale.

Il décide alors de quitter ses postes de précepteur et de secrétaire pour devenir indépendant.

Le 18 octobre 1752, le succès est de nouveau au rendez-vous, cette fois-ci grâce à son intermède intitulé Le devin du village qui fut présenté au roi Louis XV et la Pompadour.

D’autres œuvres ont ensuite suivies et peu à peu, Jean-Jacques Rousseau se fait une place dans le monde de la littérature française. Il est considéré comme un des précurseurs du romantisme en France.

Vie privée

Dans sa jeunesse, Rousseau a longtemps vécu une idylle tumultueuse avec sa tutrice, Mme de Warens qu’il appelait « Maman » et qu’il a dû, partager, à maintes reprises avec d’autres hommes. Il a ensuite découvert l’amour physique auprès de Madame de Larnage qui avait 20 ans de plus que lui.

En 1745, il s’installe avec une jeune lingère nommé Marie-Thérèse Le Vasseur qu’il épouse le 30 août 1768. Le couple eut cinq enfants, nés entre 1747 à 1751, mais Rousseau les a tous confié aux Enfants-Trouvés, l’équivalent de l’assistance publique d’aujourd’hui. Pour s’expliquer, il évoque tantôt des difficultés financières tantôt l’influence néfaste de sa belle-famille.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *