Prosper Mérimée, un écrivain romantique

Prosper Mérimée, auteur romantique ?

Pour les passionnés d’histoire, d’archéologie ou encore de littérature, Prosper Mérimée n’est pas un nom inconnu. En effet, cet homme est à la fois un écrivain, un historien et un archéologue. A ses débuts dans le domaine littéraire, il se cachait sous l’anonymat. Ses œuvres lui ont permis d’être élu à l’Académie française.

qui est Prosper Mérimée
Source : France Bleu

Biographie de Prosper Mérimée

Ce grand monsieur est né le 28 septembre 1803 à Paris et meurt à l’âge de 67 ans, plus précisément le 23 septembre 1870 à Cannes. De son vivant, Prosper Mérimée revêt la casquette d’écrivain, d’historien et d’archéologue. A l’école, ce n’était pas un brillant élève, mais à sa sortie du collège, il semble changer. En cinq années, il se plonge dans l’apprentissage de langues étrangères et de l’archéologie. Il se penche également légèrement pour la littérature française du XIIème au XIXème siècle. Prosper Mérimée fait des études de droit. Il n’en oublie pas pour autant sa passion pour la littérature.

A découvrir aussi – François-René de Chateaubriand, un précurseur du romantisme français

Motivé par cette passion, il publie quelques œuvres littéraires. En 1825, il publie ses premiers vers et en 1827, il commence à évoquer sa vision du romantisme dans ses œuvres. Dans cette aventure littéraire, il se fait épauler par Musset. Parfois, Prosper Mérimée affichait un air cynique, ce qui fait qu’il a fallu attendre 1844 pour son admission à l’Académie Française.
Prosper Mérimée n’utilisait pas son nom dans ses œuvres littéraires, d’autant plus qu’il n’a pas directement abandonné sa carrière professionnelle en dehors du monde des lettres. En 1823, il commence une carrière administrative. En 1834, il finit par avoir le poste d’inspecteur général des monuments historiques. C’est ce travail qui lui mène à de nombreux voyages dans toute la France. Il oublie même pour un instant ses nouvelles pour se concentrer plus sur l’histoire et l’archéologie. En 1853, il devient sénateur et s’habitue à cette vie de la cour. Aussi belle la vie qu’il mène à cette époque, sa santé lui fait faux pas vers 1870.

Lire également – George Sand, auteur romantique

Ses œuvres littéraires

en savoir plus sur Prosper Mérimée
Source : Paris Musées Collections

Si on regarde ses ouvrages, on ne peut contester le fait que Mérimée est un auteur romantique. Il a un talent d’intégrer ce romantisme même si le sujet qu’il aborde est assez délicat ou violent. Dans ce type d’ouvrage, il travaille sur les dénouements tragiques et mystérieux et l’audace risquée. Prosper Mérimée se distingue particulièrement dans les nouvelles brèves et concises ainsi que les nouvelles à frisson. Ce n’est pas dans ses œuvres qu’on trouve des traits inutiles ou médiocres.
Ce style d’écriture et ce grand romantisme ont parfois porté préjudice à Mérimée. On peut lire dans certains critiques le manque de relief dans ses écrits. Victor Hugo est même allé jusqu’à faire une comparaison comme « Le paysage était plat comme Mérimée ». Pour y remédier, l’écrivain a rectifié le tir et y a apporté une note d’exotisme, de fantastique ou de reconstitution historique.

Dossier – Simone de Beauvoir, une théoricienne du féminisme

Romantique, mais romantique sage

Le côté romantique de Prosper Mérimée est presque une évidence. Il a grandi au milieu d’une famille cultivée et artiste. Ceci a été encore plus accentué avec les rencontres qu’il fait, notamment celle avec Mme Récamier, Musset, Delacroix et Stendal. Cet écrivain était romantique, mais on ne va pas trouver dans ses œuvres un acteur vivant d’amour et d’eau fraîche. Il avait quand même un côté réaliste de par ses nombreux voyages et sa carrière d’historien.

Les œuvres à succès de Mérimée

De cette époque où Prosper Mérimée commence à construire sa réputation dans le monde littéraire, on peut citer Tamango et le Vase étrusque parmi ses oeuvres les plus connus. Après un long silence, l’écrivain revient en force en 1834 avec les Ames du purgatoire et en 1837 avec la Vénus d’Ille. Sur ses dernières années de sa vie, il a également été très productif malgré sa maladie. C’est pendant cette période qu’il a écrit Lokis et la Chambre Bleue.

Ceci pourrait également vous intéresser – Charles Baudelaire, un poète romantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *