Alfred de Vigny, un auteur influent du romantisme

Alfred Victor Vigny, comte de Vigny est un écrivain, dramaturge, poète et romancier français. Il est né à Loches le 27 mars 1797 et est décédé le 17 septembre 1863 à Paris 8e. Il est considéré comme un écrivain influent du romantisme français.

Famille et jeunesse

Alfred de Vigny est issu d’une famille comptant de nombreux militaires. Lui-même a d’ailleurs mené une brillante carrière militaire, tout en continuant d’écrire. L’auteur est né à Loches, mais en 1799, à la fin de la Révolution, la famille s’installe à Elysée-Bourbon.

Il est habitué, depuis son enfance, à une éducation exemplaire que sa mère lui donne. Entre bains glacés et exercices physiques, sans oublier le régime sec et les enseignements de mathématiques, de musique et de peinture, sa mère appliquait à la lettre les préceptes de l’Emile.

Chaque soir, son père lui racontait des récits, sûrement embellis, mais qui a fait naître chez le futur romancier, le sentiment d’appartenir à une lignée.

En 1807, il est admis comme pensionnaire à l’institution Hix, mais à cause de ses excellentes notes et ses bonnes manières, ses camarades le méprisaient. Il y découvrit alors la solitude.

Quelques liens : 

Carrière professionnelle

Le 6 juillet 1814, il est affecté à la première Compagnie rouge sous le grade de lieutenant. Il mène une carrière militaire pendant près de 10 ans passant de lieutenant à sous-lieutenant puis à lieutenant titulaire en 1822. Il quitte l’armée en 1827 et commence à écrire des vers pour son entrée dans le monde littéraire.

Alfred de Vigny

Alfred de Vigny un auteur influent du romantisme

La littérature

Le premier texte qu’il a écrit a pour sujet l’œuvre de Byron puis en 1820, son premier poème intitulé Le Bal paraît. Ces premiers écrits ont été publiés dans la revue de Victor Hugo intitulée Le Conservateur littéraire.

En 1822, il publie un recueil de poésie sous anonymat, mais l’ouvrage ne connaît pas le succès escompté.

En 1826, il publie Cinq-Mars, un ouvrage grâce auquel il a contribué au développement du roman historique français.

Sa poésie regorge de stoïcisme hautain qui se ressent à travers des vers tantôt denses tantôt dépouillés et parfois empreint de divers symboles. Il a enclenché la modernité poétique qu’ont repris Mallarmé, Baudelaire et Verlaine.

Vie privée

Il épouse une anglaise du nom de Lydia Bunbury en 1825 et le couple s’installe à Paris.

Durant la révolution de Juillet, il vit une liaison avec Marie Dorval. Il a écrit pour elle de nombreux drames tels que Quitte pour la peur ou encore Chatterton.

Malgré ses écarts conjugaux, il n’a jamais divorcé de sa femme et a d’ailleurs pris soin d’elle lorsqu’elle était malade. Cette dernière est morte en 1862 et moins d’un an plus tard, l’écrivain la suit dans la tombe à la suite d’un cancer d’estomac.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *